Brumes et ors de l’automne

 

En cette fin octobre, l’approche d’un nouveau confinement nous a décidé à précipiter une visite au Lac de Chaudanne.
Nous l’avions découvert, il y a quelques années avec Mo, dans ses beaux habits d’or et de brumes de début novembre. C’était, cette année, encore un peu tôt en saison, mais nous n’avons pas été déçus pour autant.

Nous étions une petite dizaine de photographes passionnés de mon club photo à nous lever bien en avance sur le lever du soleil pour nous retrouver dès potron-minet, après plus d’une heure de trajet depuis Nice, sur le bord de la route Napoléon quelques kilomètres avant Castellane. Le temps était frais, même très frais ! Un degré ou deux au-dessus de zéro.

 

Chaudanne est un lac artificiel sur le Verdon, situé en aval du grand Lac de Castillon et en amont des célèbres Gorges du Verdon. C’est un petit lac de 70 hectares seulement, très encaissé, cerné d’abruptes falaises calcaires qui préservent son caractère sauvage. Ses eaux d’un bleu turquoise intense offrent un beau contraste avec les oranges et les jaunes de l’automne. On y accède par un défilé qui débouche sur le barrage et se poursuit par un petite route qui longe la rive gauche du lac avant de grimper vers le village de Demandolx qui domine le site.

La brume n’était pas bien au rendez-vous, mais de petites fumerolles se formaient néanmoins de temps à autre au dessus de l’eau. Nous étions les seuls aux abords du lac. Tout juste avons-nous croisé deux ou trois véhicules au cours de la matinée. Conditions idéales pour faire nos prises de vue. Nous n’avons pas oublié de réserver du temps à la convivialité, si nécessaire en ces temps contraints, pour faire une pause café et goûter au délicieux gâteau au chocolat de S.

Quelques images pour vous donner envie d’aller vous perdre à votre tour dans cette partie sauvage des gorges du Verdon;

Cliquez sur une image pour l’ouvrir et utilisez les flèches pour naviguer entre les images. Laissez un commentaire sur les images qui vous plaisent… 

Une réponse

Répondre à Michel Le Roux Annuler la réponse.