Scroll to Content

Un ami m’avait vanté le charme du village italien d’Apricale et l’authenticité d’un de ses restaurants. Il ne nous en fallait pas plus pour sauter dans la voiture, direction l’Italie et Vintimille, et visiter les deux villages ligures de Dolceacqua et d’Apricale. Ce samedi de fin mai, un temps ensoleillé avec une belle lumière nous invitait au voyage et à la photo.

Après tout il ne faut guère qu’une grosse heure depuis Grasse pour rejoindre l’Italie, longer le bord de mer à Vintimille, puis emprunter la route qui remonte pendant quelques kilomètres la vallée de la Nervia pour atteindre le village de Dolceacqua.

Dolceacqua, le vieux pont et le château des Doria
Dolceacqua, le vieux pont et le château des Doria

La vue sur la partie ancienne du village est magnifique. Le vieux pont à une seule arche a été construit au XVème siècle pour relier le quartier ancien appelé La Terra sur la rive gauche au nouveau quartier du Borgo sur la rive droite. La Terra est dominé par le château de la famille Doria dont la seigneurie   a fait l’histoire de ce village. Les étroites ruelles de La Terra qui s’enroulent au dessous du château sont assez spectaculaires, d’autant que le manque d’espace a conduit les habitants à surélever les habitations jusqu’à 5 et même 6 niveaux. Inutile de préciser que le soleil ne pénètre par partout.

Ruelle de La Terra
Ruelle de La Terra

240514-_B8A9034

Au pied du vieux village, l’élégante église paroissiale de Saint Antoine le Grand, qui  date du 15ème siècle,  fut transformée plus tard en style baroque. La très jolie place devant l’église débouche sur le nouveau pont qui relie les deux quartiers de Dolceacqua.

Eglise paroissiale de Saint Antoine
Eglise paroissiale de Saint Antoine

 

Les terrasses des cafés et restaurants  du Borgo sont accueillantes : ne pas hésiter à s’y attarder pour profiter de la vue sur La Terra.

240514-_B8A9010

 

Le torrent de la Nervia depuis le pont neuf
Le torrent de la Nervia depuis le pont neuf

Désireux de déjeuner à Apricale, nous quittons à regret Dolceacqua. La via Roma et la via Piave, une petite route de montagne, nous conduisent à Apricale en quelques kilomètres seulement. Le village est entièrement construit sur un éperon rocheux. Il n’est traversé par aucune route et il faut pratiquement en faire le tour pour trouver un petit parking à la sortie du village. Heureusement le parking se trouve non loin d’une ruelle qui permet d’accéder jusqu’au coeur du village. Le restaurant que nous cherchions, le Da Delio, est situé à l’entrée de cette ruelle. Un jolie terrasse ombragée domine la route et offre une vue sur le village voisin de Perinaldo non loin du mont Bignone qui domine la région à 1299 m.

Le menu du restaurant offre une cuisine régionale authentique, plutôt familiale : gratin d’artichaut et pomme de terre, les inévitables pâtes et un ragout de lapin. Un délicieux dessert fait de petites bugnes à tremper dans un sabayon fait minute : un régal ! Nous avons résisté à goûter le vin de la région, le Rossese di Dolceacqua ; je ne sais donc pas vous en parler, je le regrette.

ruelle d'Apricale
ruelle d’Apricale

 

Les ruelles d’Apicale sont au moins aussi étonnantes que celles de Dolceacqua, étroites, sombres, collées au rocher et toutes en pente bien sûr. Presque sur chaque maison est peinte une fresque dont on suppose que le thème est choisi par les occupants

fresque murale
fresque murale

En suivant les ruelles qui montent, on finit par arriver sur la place centrale du village, dominée par le château de la Lucertola.

ruelle qui conduit à la place centrale d'Apricale
ruelle qui conduit à la place centrale d’Apricale
La place d'Apricale
La place d’Apricale

 

240514-_B8A9069

 

Le village semble offrir plusieurs hébergements  de type B&B qui ne doivent pas manquer de charme.

Nous avons fini la journée en parcourant, nez au vent, les étroites routes de montagne qui nous ont ramené jusqu’à San Remo, dans un décor verdoyant et montagneux. De quoi admirer encore au passage quelques villages perchés, comme celui de Bajardo.

village de Bajardo
Vue sur le village de Bajardo

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur
Tags:

Ecrit par:

Alaindici, photographe, aime les voyages, les rencontres, l'histoire des peuples, des villes et des régions et les traces qu'elle laisse. Curieux d'apprendre, toujours et en tous domaines.

%d blogueurs aiment cette page :